Retrouvez nous aussi sur TikTok ! 🏆

Camille Amar, fondatrice de Manita : rencontre

Nous sommes allés à la rencontre de Camille Amar, jeune entrepreneuse et fondatrice de Manita : un club de foot entièrement dédié aux femmes.

Une très belle initiative dont elle va vous faire part sous ces quelques lignes d’introduction…
 

Manita : elles s’en foot !

 

FDS : Est-ce que tu pourrais te présenter en quelques lignes ?

Camille Amar : Je m’appelle Camille Amar, j’ai 28 ans, je suis entrepreneuse. Pendant 8 ans, j’ai suivi des études de droit, et je me suis spécialisée en droit du numérique. J’ai obtenu mon diplôme de sortie de l’école d’avocat en 2019. Alors que j’étais en train de chercher une collaboration dans un cabinet d’avocat, j’ai eu l’idée de créer Manita et je me suis lancée dans la magnifique aventure de l’entrepreneuriat.

FDS : En quoi consiste Manita et comment t’es venue l’idée ?

Camille Amar : J’ai commencé le foot il y a 4 ans, un peu par hasard dans l’équipe masculine de mon ancienne entreprise. Un jour, alors qu’ils n’arrivaient pas à trouver suffisamment de joueurs pour compléter leur équipe, je me suis trouvée au bon endroit au bon moment : ils m’ont proposé de jouer et j’ai accepté. C’est ce jour-là que j’ai compris pourquoi le foot était le sport le plus populaire au monde : on se dépense, on s’amuse, on progresse, on échange, on appartient à une équipe… J’ai tellement aimé ce sport que je n’ai plus jamais arrêté.

A force de revenir et de constater l’absence de femmes sur ces terrains de foot, j’ai commencé à m’interroger. J’ai voulu comprendre pourquoi les femmes ne jouaient pas au foot : quelles étaient les barrières psychologiques et matérielles que les femmes rencontraient quant à la pratique du foot, quelles étaient les barrières que la société avait dressées, celles qu’il fallait réussir à déconstruire.

Manque de confiance en elles, appréhension à s’imposer dans des équipes masculines, difficultés à trouver des partenaires de jeu, difficultés à savoir où s’adresser, à savoir comment intégrer un club ou une équipe… telles sont les raisons qui empêchent aujourd’hui les femmes de jouer au football.

L’objectif de Manita, c’est de briser toutes ces barrières. De rendre le foot accessible à toutes les femmes, peu importe leur âge ou leur niveau. A travers Manita, il y a une réelle volonté de voir évoluer les mentalités, de faire du foot un sport non-genré. Il y a une réelle volonté de voir des équipes masculines proposer tout naturellement à une femme de jouer avec eux, et de ne plus jamais entendre “ah ouai tu fais du foot ?!” lorsqu’on est une femme, comme si c’était incroyable. 

Pour réaliser cet objectif, j’ai créé Manita, un club de foot “nouvelle génération”, entièrement dédié aux femmes.

FDS : Comment ça marche ?

Camille Amar : Manita répond à 3 critères principaux :

  • Manita est ouvert à toutes les femmes, peu importe leur niveau et leur âge.
  • Ultra-flexible : nous proposons des entraînements et des matchs “à la carte” : différents niveaux de jeu, dans différents lieux, tout au long de la semaine et du week-end
  • Manita est digital et “clef en main” : l’inscription se fait sur le site internet, les joueuses paient leur(s) session(s) en ligne et n’ont plus qu’à venir jouer. Bientôt, nous mettrons en place un abonnement mensuel pour les joueuses, leur donnant accès à un nombre illimité de sessions dans le mois.

En parallèle de la partie “club digital”, nous organisons également des événements de plus grande envergure, comme des tournois et une ligue 100% féminine, pour rassembler un maximum de joueuses autour d’événements thématiques, avec des associations et partenaires variés. Ces événements sont ouverts aussi bien aux joueuses individuelles, qu’aux équipes déjà constituées, et aux équipes d’entreprises.

FDS :As-tu toujours voulu te battre pour cette cause féminine ?

Camille Amar : Je me suis toujours plus ou moins interrogée sur la place de la femme dans la société, et sur la différence de traitement et d’appréhension des femmes par rapport aux hommes.

Parmi ces différences, il y a celles qui sont “officiellement admises”, celles dont on parle : par exemple, les écarts salariaux, la proportion de femmes occupant des fonctions importantes, le partage des tâches, ou plus récemment l’hyper-sexualisation des femmes.

A côté de celles-ci, il y a les différences dont on parle moins, car elles sont beaucoup plus subtiles, beaucoup plus ancrées dans notre société. Ces dernières se ressentent dans toutes les interactions humaines, dans les relations sociales depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte. Il est très probable qu’en gagnant de plus en plus de batailles sur les différences “officielles”, nous réussirons à faire évoluer les mentalités en profondeur.

En me battant pour l’accessibilité du football à toutes les femmes, je pense pouvoir faire passer un message fort et symbolique sur les inégalités hommes/femmes au quotidien.

FDS : Quelles ont été les étapes pour mener à bien ton projet ?

Camille Amar : J’ai eu l’idée de créer Manita il y a environ 1 an. Après avoir récolté un maximum d’avis et témoignages de femmes quant à la pratique du foot, il fallait absolument que je teste mon idée. Il fallait que je mette 10 femmes qui ne jouaient pas au foot sur un même terrain, afin d’avoir leur retour d’expérience. J’ai organisé 3 premiers événements, et cela a été une vraie réussite. Les retour des – désormais – joueuses ont été très positifs, et cela a confirmé ma volonté de rendre accessible le concept au plus grand nombre, à élargir la communauté de femmes.

Puis… le confinement a pointé le bout de son nez. J’ai profité de cette période pour rassembler un maximum de filles autour du projet via les réseaux sociaux, et à créer le site internet qui nous servirait dorénavant à la réservation des sessions.

Au sortir du confinement, j’ai ressenti une réelle volonté des filles de rejouer, de respirer à nouveau. Nous avons organisé 3 événements à Bagatelle qui ont rassemblé de plus en plus de joueuses, semaine après semaine… Manita était lancée. De septembre à octobre 2020, nous sommes passés d’un événement par semaine à 5 événements par semaine. Avant le deuxième confinement, pas moins de 50 femmes venaient toutes les semaines fouler les terrains du Manita Club ! En tout, plus de 300 joueuses, de tous niveaux et de tous âges, se sont déjà inscrites à des sessions avec Manita !

Nous avons également organisé un Tournoi #OctobreRose, en partenariat la ligue contre le cancer, Havas Paris et la marque de vêtements de foot pour femme ALKE. Ce tournoi regroupait 24 équipes, dont 6 équipes d’entreprises et a été une très bon moment de partage, juste avant que sonne l’heure du deuxième confinement.

FDS : Es-tu satisfaite de ton parcours ? Comment vois-tu l’avenir maintenant ?

Camille Amar : Nous en conviendrons, l’année 2020 n’était pas l’année idéale pour entreprendre, encore moins dans le secteur du sport et de l’événementiel.

Mais malgré les différents obstacles que nous avons traversés, je suis satisfaite de l’évolution de Manita. Nous avons une communauté de joueuses qui nous soutient et qui porte le projet. Manita génère beaucoup d’enthousiasme, et nous recevons énormément d’encouragements de part et d’autre.

Nous avons apporté la preuve que Manita a de réelles raisons d’exister, et que de plus en plus de femmes veulent prendre part à l’expérience, au mouvement. La machine est en marche et nous souhaitons continuer à faire grandir le projet.

L’avenir de Manita, c’est 5 tournois et une ligue féminine en 2021.

C’est l’extension du concept dans d’autres villes de France, à commencer par la ville de Lyon.

C’est trouver un maximum d’entreprises partenaires pour nous aider à financer le projet et ses avancées, à nous aider à le porter plus loin encore.

L’avenir, c’est de plus en plus de joueuses au Manita Club, de plus en plus de créneaux proposés, dans de plus en plus de lieux.

L’avenir, c’est de plus en plus de foot féminin, partout, tout le temps… L’avenir en réalité, c’est de ne plus avoir à préciser “féminin” après le mot “foot” lorsqu’il est pratiqué par des femmes. Qui nous suit ? 🙂

FDS : Tu es en campagne de crowdfunding, dis-nous en un peu plus ?

Camille Amar : Nous avons lancé la campagne de crowdfunding le 22 janvier pour une durée de 30 jours, (jusqu’au 20 février). L’argent récolté nous servira notamment à financer nos événements pour l’année 2021 (nos 5 tournois et notre ligue). Nous souhaitons proposer aux joueuses une expérience réellement qualitative, et permettre à un maximum de joueuses de participer à nos événements.

Cette collecte nous permettra aussi d’étendre Manita dans d’autres villes en France.

Nous faisons donc appel à notre communauté, et à tous les gens qui croient en notre projet. Si vous souhaitez soutenir Manita et ses actions, et nous aider à développer le foot loisir féminin, c’est par ici : http://ibiy.net/manita

FDS : Des conseils aux femmes qui voudraient faire de même ?

Camille Amar : Je me suis lancée dans l’entrepreneuriat après 8 années d’études de droit. Ce n’est pas du tout par rejet du droit que je me suis lancée dans ce projet. C’est avant tout par passion pour Manita, et pour tout ce que cela représente : le sport, l’émancipation de la femme, la modernité et l’innovation. C’est pour tout ce qu’il y a de positif dans le fait d’entreprendre : la liberté, la créativité, la flexibilité, l’inattendu, le dynamisme.

Je ne fais pas partie de ces personnes qui avaient toujours rêvé d’entreprendre, et sans doute pas de celles qui étaient “programmées pour ça”… Mais entreprendre, c’est avant tout une volonté de vivre les choses à fond, les échecs comme les victoires, une volonté d’apprendre toujours plus. Et à ce jour, je n’ai pas regretté une seconde de m’être lancée là-dedans.

Alors si un jour vous ressentez l’envie de vous consacrer à un projet qui pour vous a un sens, qui vous animera et qui vous passionnera, faites-le. Les trois conseils que je donnerais avant de vous lancer :

  • bien vous entourer : professionnellement, mais aussi personnellement. Vous aurez besoin qu’on vous soutienne, qu’on vous comprenne (et ce même quand cela paraît incompréhensible).
  • être prêt(e) à travailler et à faire quelques sacrifices
  • et peut-être aussi : savoir prendre du recul – ne jamais rien prendre personnellement.
 

FDS : Le mot de la fin ?

Camille Amar : Elles s’en foot ? 😉

Un très grand merci à toi, et longue vie à ton super projet !!

Projet que vous pourrez retrouver sur son site internet, facebook et instagram, nous vous conseillons d’aller y faire un tour !! 🙂

En espérant que ça en inspire plus d’une à faire de même…!

Soyez la première au courant des meilleures infos sur le football féminin !

Inscrivez-vous à notre newsletter ! ⚽️